Avec une moyenne de 35 spams reçus par jour, nous passons 28% de notre temps à gérer nos emails. Pour les entreprises on estime ce coût à 1 milliards d'euros de manque à gagner pour les entreprises qui consacrent en moyenne 20 milliards de dollars par ans à la défense contre le SPAM. Il existe ainsi de nombreuses entreprises qui proposent des solutions contre cet ennemi et qui disent « halte au spam ! ». road-sign-464655_640 Ces logiciels agissent en amont de l’ouverture de votre boîte emails et font donc un tri pour vous permettre de gagner du temps. Il est estimé que chaque année, l’équivalent de 2.5 jours homme sont perdus à cause des spams pour les entreprises. Un manque à gagner non négligeable qu'il convient de remédier notamment pour les pros via un filtre anti-spam pour Microsoft Exchange. Ainsi, lors de l’ouverture de votre boîte électronique, vous n’aurez que les vrais messages de vos contacts et adieu la pollution numérique (qui est aussi une pollution de l’ozone soit dit en passant). Ces outils permettent de supprimer les éléments suivants : spams, tentatives de phishing, tentatives de scam, pubs. Ils protègent également contre les attaques en déni de service (DDOS). Composés de l'association de technologies anti-spam et anti-virus., autant vous dire qu’absolument rien (ou presque) ne passera. Afin de s’assurer qu’aucun vrai email ne soit tombé à la poubelle, vous avez également la possibilité de recevoir une liste des emails qui ont été bloqués par les logiciels logiciel anti-virus et anti-trojan en saas. La mise en place d'un outil de protection / lutte nécessite quelques minutes d'installation et la plupart proposent des période d'essai. Si vous succombez sous les spams et autre virus ou trojan, ne passez plus à côté des solutions rapides à mettre en place et vérifiez par vous-même la puissance de ces outils. Altospam existe depuis plus de 10 ans, et travaille au quotidien sur la cyber-sécurité et la protection des boîtes électroniques de leurs utilisateurs. De plus, les serveurs d’Altospam sont basés en France empêchant ainsi toute action des Etats-Unis et leur Patriot Act et un service de de support est actif 24h/24 et 7jours/7. Ne perdez plus de temps et retrouvez la sérénité de travailler sans embuches à l’aide d’Altospam et son action de protection de vos emails.

workstation

Qu'on soit en BtoB ou BtoC, tous les deux ou trois ans se pose la question de la refonte d'un site internet. Les nouveaux usages se développent, les technologies changent, il faut se mettre à la page et pour cela s'entourer des bonnes personnes. C'est à ce moment que se pose la question au sein des directions marketing du choix de l'agence qui sera responsable du projet. Dans la plupart des cas, un appel d'offre est lancé à plusieurs agences, trouvées via internet où via des contacts. Mais la bonne question est la suivante : comment choisir une agence web ? Les agences web deviennent aujourd'hui digitales, cela signifie qu'elles ont intégrées dans leur savoir-faire métier de nouvelles connaissances : référencement naturel, rédaction de contenus, webmarketing, achat d'espace etc... Les moteurs de recherche sont plus de plus exigeants et la concurrence est rude pour assurer la présence de l'entreprise sur ses mots-clés métiers. C'est pour cela qu'il faut challenger les agences web / digital sur leurs compétences car il ne suffit plus de savoir développer et coder, il faut également connaître les étapes d'après. En effet, un site internet doit être pensé dans sa globalité : design et technologie, mais également expérience utilisateur, acquisition de trafic et génération de leads au sens large. Dans un précédent article, nous avions parlé des applications elearning au sein des entreprises, c'est le type de réflexion qu'une agence internet peut vous apporter dans le cadre de votre appel à projet. Dans la suite de l'appel d'offre, le choix s'appuyera également sur les propositions de l'agence en fonction de vos besoins, les références, et pourquoi pas une sorte de première étude de votre problèmatique avec un premier rendu graphique. L'investissement de l'agence dans l'appel à projet peut montrer la qualité du travail et le sérieux de celle-ci. Un point important est également la localisation géographique, pour les projets lourds et complexes, une certaines proximité peut faire la différence. Néanmoins, il est toujours possible d'utiliser des outils de gestion de projets pour assurer un bon suivi de la refonte de votre site internet. Si vous êtes en Îles de France vous pouvez faire appel à OTO-Creative, une agence digitale basée à Paris , si vous êtes du côté de Marseille L'agence redthink est également très réputé. Pour conclure sur ce sujet, la refonte d'un site internet est un projet complet qui offre généralement de bonnes surprises à l'entreprise, c'est l'occasion de faire le point en interne : redéfinition des process clients / métiers en interne, mise à jour de la stratégie marketing & communication, développement de la force commerciale etc... N'oubliez pas : sur internet il faut répondre aux problèmatiques du client.

ux-787980_640

Les applis mobile existent depuis longtemps au sein des entreprises (notamment les groupes) sous la forme d'applications métiers où outils pour répondre aux problématiques business, besoins de recrutement & ressources humaines, division financière, gestion des stocks / approvisionnements, outils de production etc... La démocratisation des smartphones a permis de créer un nouveau marché des applications mobiles pour les consommateurs (B to C et C to C) avec des offres nombreuses et de nouvelles fonctionnalités. Les entreprises ont adoptées ce mode de fonctionnement pour concevoir des solutions plus riches et flexibles en interne.

Le domaine de la formation rencontre le marché de la création des applications mobile

La formation professionnelle s'est rapidement convertie à internet avec le format "e-learning" : création de sites internet, campagnes de marketing online, stratégie numérique et même des places de marché pour trouver de nouvelles formations diplomantes. Les éditeurs de solutions de formation ont vite compris l'avènement des applications mobile en plus de l'arrivée des nouveaux outils digitaux. Les salariés d'une entreprise peuvent désormais compléter des formations depuis leur smartphone et ainsi accéder à de nouvelles opportunités de développement personnel en situation de mobilité. Intéractivité via les contenus interactifs, les nouveaux formats du web se mettent au service de la formation sur internet. La formation en présentielle reprend ses lettres de noblesse en devenant un moment d'échange et intéractif avec le support du digital. De nombreuses solutions existent en ligne et propose des application tablettes / smartphone pour "délocaliser" la formation sur son lieu géographique et la rendre plus accessible, n'hésitez pas à partager vos expériences dans l'espace des commentaires.

Bien s'entourer pour développer son appli

Les possibilités de développement de ce nouveau canal sont nombreuses avec la présence des smartphones comme avantages en nature dans de plus en plus de structures. Néanmoins les nouveaux usages ont entraînés l'apparition de nouvelles méthodes pour développer et faire connaître une application mobile. Les entreprises doivent faire appel à une agence spécialisée dans la conception d'application mobile à Montréal qui proposera une prestation sur-mesure et adaptée à leurs besoins. Un partenaire de confiance et expert en la matière est conseillé. Définition d'un budget, écriture du cahier des charges, rétroplanning dont partie de la réflexion à mener lors de la construction de votre projet. La création d'un support / appli mobile s'accompagne également de la réflexion du lancement et de la publicité à faire autour de la sortie de l'application. En effet, le marché des applications compte déjà des millions d'offres, il faut faire la différence. Faites appel à un expert !

computer-918678_640

Heureuse nouvelle pour les addicts de la téléphonie mobile qui avaient (comme votre aimable serviteur) pris l'habitude d'acheter une carte SIM lors de déplacements prolongés en Europe : une loi visant à bannir les frais de "roaming" ou pour parler français "d'itinérance" a été votée il y a une dizaine de jours à Bruxelles. Demandée depuis de nombreuses années par les usagers, cette mesure va permettre l'élargissement de l'utilisation des réseaux datas et télécoms en Europe et participer au développement des nouvelles méthodes de transportation : covoiturage, ouverture des lignes de bus en Europe, libéralisation des transports privés et publics. Pour en savoir plus sur l'application de la loi téléphonie, je vous recommande la lecture de cet article du Monde avec notamment les citations du commissaire européen. Le 27 octobre 2015, le Parlement Européen a ainsi mis en place une mesure que l'on attendait tous : la fin des sur-tarifs sur les frais de communication des opérateurs lors d'itinérance. Cette bonne nouvelle pour les usagers va devenir dans un second temps une incitation pour les opérateurs à la mise en place d'un marché unique des télécoms en Europe, on pourra peut-être imaginer ainsi naviguer de pays en pays avec son réseau fibre, son forfait téléphonique, montre connectée 4G+ etc... ; de belles perspectives pour l'avenir ! La mesure sera mise en place mi-juin 2017, en attendant, il faudra vous munir de patience et vous équiper d'un forfait 4g. Les frais supplémentaires habituellement facturés ne le seront plus pour :

  • les appels,
  • l'envoi de SMS,
  • l'internet mobile.
Le nouvelle sur l'internet mobile est particulièrement appréciée par les voyageurs ou professionnels effectuant des allers-retours régulier entre leur pays d'origine et rendez-vous professionnels. Cela va dans la même logique que lorsque l'on parlait de la fibre dans un précédent article sur le blog iRonfle : petite histoire de la fibre internet. D'ici là en juin 2017, les frais facturés lors d'itinérance seront plafonnés (ouf!) : 0,05 cts / minute pour les appels, 0.05 cts / méga-octet pour internet et 0,02 cts / SMS. Une vraie libération de la consommation de data à l'étranger ! Je vous invite quand même à utiliser des Wi-Fi libres d'accès (attention tout de même à avoir une protection de la connexion type Avast secure) et installer une application de Voix-IP type Skype. Si vous vous posez la question d'une offre fibre, rendez-vous sur : http://boutique.orange.fr/internet/offres-fibre

e-commerce-402822_640

Le e-commerce est depuis quelques années une habitude bien ancrée dans nos foyers et le nombre d'achats ne cesse d'augmenter d'année en année. Alors en 2015, quelles sont les habitudes d’achat en ligne ? Délaisse-t-on réellement les magasins en faveur de sites Internet ? C'est ce que nous allons voir dans cet article.

Des habitudes qui ne changent que très peu

L'infographie qui étudie les parcours d'achat en ligne des Français publiée récemment par le CMM Benchmark Institut nous montre qu'en termes d'achats en ligne, les Français restent plutôt classiques ! En effet, ce sont les vêtements qui arrivent en tête du classement des biens les plus commandés, suivis de très près par les voyages, les biens culturels et enfin, le multimédia. Si ce classement de tête ne varie que très peu voire pas du tout depuis quelques années, il faut tout de même noter la progression du secteur alimentaire dont 11% des ventes se font maintenant en ligne ! Les boutiques physiques, notamment dans le secteur de l'habillement n'en souffrent pas réellement puisqu'elles enregistrent toujours 78% des ventes. Il leur est tout de même nécessaire de s'adapter au numérique en proposant leur propre plateforme de vente en ligne et en adoptant une stratégie cross-canal qui permet aux clients d'accéder à de nombreuses options ou offres en ligne avant de finaliser l'achat en boutique.

De plus en plus de comptes premium…. Et de vol de données !

On peut facilement discerner une autre tendance d'achats en ligne qui devient de plus en plus importante : les abonnements à des services. Qu'il s'agisse de vidéos à la demande avec des acteurs comme Netflix ou Canalplay, de musique avec Deezer ou Spotify ou encore de jeux en ligne, de plus en plus d'internautes s'abonnent et dévoilent leurs données bancaires pour régler des sommes mensuelles. Or on compte également de plus en plus de vols de données personnelles, tout achat confondu, et il peut être judicieux de se prémunir contre ce genre de mésaventure. Les vendeurs du web l'ont bien compris et ils sont de plus en plus nombreux à proposer des solutions de paiement sécurisées comme Paysafecard, une carte de paiement rechargeable qui n'est pas liée à votre compte en banque. C'est une alternative intéressante pour toutes les personnes achetant régulièrement en ligne et qui craignent ces incidents, en particulier pour les joueurs qui deviennent une cible de choix comme on vous le disait dans cet article.

Lorsqu'on effectue un achat en ligne on finit forcément par fournir des données personnelles. Mais pour des questions de sécurité et pour éviter les fraudes, on hésite à transmettre certaines informations. Selon un sondage BVA – Viséo Conseil, 28 % des Français acceptent que les marques exploitent leurs données personnelles mais sous certaines conditions. Alors quelles données sont exploitées ? Quels moyens utilisent les boutiques en ligne pour protéger vos informations ? On vous donne les réponses ici :

Les données personnelles et leur exploitation sur le web

À travers les réseaux sociaux, les applications mobiles ou les recherches effectuées sur les navigateurs, on transmet de plus en plus facilement d'informations personnelles sur le web. Certaines marques ont ainsi l'occasion de les exploiter pour envoyer des messages publicitaires aux clients. Mais le sondage réalisé par BVA – Viséo Conseil a révélé que les consommateurs étaient réticents concernant certaines pratiques des marques et des grands sites e-commerce. Ainsi seulement 16 % des sondés accepteraient que les marques utilisent leurs données de géolocalisation et 9 % seraient d'accord pour un accès aux informations personnelles via les réseaux sociaux. Outre cette exploitation d'information, les clients doivent forcément fournir certaines données pour effectuer des achats comme les données bancaires, l'adresse de livraison ou encore une adresse e-mail. Les sites e-commerce doivent donc être capables de fournir une sécurité nécessaire pour que le client effectue ses paiements sereinement.

La protection des données : priorité des sites e-commerce

Pour qu'un site e-commerce rencontre un succès sur le web et établisse une relation de confiance avec les consommateurs, il doit être capable d'assurer une sécurité optimale lors des achats en ligne. Pour cela, un e-shop doit obtenir un contrat SSL qui peut s'acquérir à partir d'hébergeurs en ligne comme 1&1. C'est un protocole de sécurité qui permet de transmettre les communications et les données sur internet de manière cryptée. Le certificat SSL est donc utile lors de transactions bancaires, et les clients ont ainsi moins peur de fournir leurs numéros de cartes bancaires et leurs données personnelles puisque celles-ci sont envoyées directement du site au serveur sans qu'un tiers ne puisse les récupérer. Pour savoir si un site e-commerce dispose de ce protocole, il suffit de regarder si la page de paiement en ligne dispose d'un cadenas devant une adresse URL qui commence par "https". Plus le site e-commerce misera sur la sécurité, plus le consommateur pensera qu'il est sérieux et se fidélisera. Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires concernant les données sur internet ainsi que les moyens d'en récupérer quelques-unes, il vous suffit d'aller jeter un œil par ici.