Propulser son site e-commerce à l’international et tripler son chiffre d’affaires

Le titre de cet article se veut volontairement un brin provocateur car si l' e-commerce offre de réelles perspectives de croissance à l'international, le chemin n'est pas si simple et malheureusement on ne voit pas toujours son chiffre d'affaires exploser ! Alors afin d'éviter toute mauvaise surprise, ne vous lancez pas tête baissée et préparez bien votre projet. Pour vous y aider voici quelques critères que vous devrez intégrer dans votre réflexion avant de pousser les portes du commerce international et faire fortune !

La visibilité, un facteur clé dans la réussite d'un projet e-commerce

Qui dit site marchand, dit visibilité dans les moteurs de recherche. En effet, si vous n'enregistrez pas ou trop peu de trafic, il y a fort à parier que votre volume de ventes reste proche du néant !

Si les internautes chinois ont privilégié leur moteur de recherche national Baïdu et que les Russes achètent leur vodka sur Yandex, la plupart des internautes européens naviguent sur la version locale du moteur de recherche made in Mountain View, j'ai nommé Google bien sûr!

Mon site est bien positionné en France, j'applique la même méthode et l'affaire est dans le sac, non ?

Et bien malheureusement non ! Le sujet est vaste et technique et l'objectif de l'article n'est pas de rédiger un tutoriel complet sur comment optimiser son SEO international mais plutôt de lister les points auxquels il vous faudra faire attention afin de vous permettre d'amorcer la réflexion.

La traduction

Vous souhaitez partir à la conquête de nouveaux marchés ? Et bien il va falloir traduire l'ensemble de vos contenus et gardez en tête que traduire proprement des centaines, voire des milliers de fiches produit a un coût qu'il ne faut pas négliger.

N'imaginez même pas utiliser les solutions de traduction automatiques qui risquent de ne pas cibler les bons mots-clés et pire, faire fuir vos potentiels clients à cause de la qualité médiocre de la rédaction et les non-sens. Moralité, il faut prévoir un budget traduction et si vous n'avez pas les capacités financières de traduire l'ensemble de votre catalogue, concentrez-vous sur vos best-sellers

La popularité, la notoriété

Peut-être avez-vous déjà entendu parlé des fameux backlinks ! Les backlinks, ce sont tous les liens venant d'autres sites qui pointent vers le votre. C'est un critère pris en compte dans l'algorithme de classement Google et espérer se positionner sur la première page sans aucun backlink venant de domaines locaux est très optimiste ! Nous ne voulons freiner personne dans son élan mais nous ne pouvons que vous recommander de prévoir une ligne de dépense pour ce poste.

Bien souvent les backlinks s'achètent. Il existe aussi des méthodes pour obtenir des backlinks naturels mais cela passe souvent par la création de contenu original et ça représente un coût qui s'additionne au budget traduction.

Les questions techniques

Il vous faudra également décider si les versions internationales seront hébergées sur des TLD spécifiques au pays ( .co.uk; .es; .it …etc), ou si elles seront accessibles depuis des répertoires. La méthodes des TLD reste la plus efficace mais elle est plus coûteuse et demande également davantage de maintenance.

Reportez-vous vers le support Google pour bien comprendre les différentes méthodes de ciblage géographiques

La Logistique

Si votre stock est en France, ne négligez pas l'aspect logistique. Renseignez vous des coûts de livraison pratiqués par les différents transporteurs pour vos pays cibles. A titre d'exemple, les frais de livraison dans les DOM-TOM sont parfois plus élevés que le produit lui-même et peuvent facilement atteindre entre 30 et 45€. 

Vous pouvez prendre en charge une partie des frais de transport pour être compétitif et  pour vous développer sur ces territoires mais calculez bien votre marge restante. En conclusion, étendre ses activités e-commerce à l'international peut-être porteur mais il ne faut pas sous-estimer l'investissement humain et financier que cela représente. Dressez un business plan, rédigez un cahier des charges pour vos futurs sites étrangers et gardez en tête que cette stratégie de croissance peut ne pas devenir rentable dès la première année. Il faut donc que votre structure soit prête à traverser une zone de turbulence en termes de rentabilité.