ManoloSanctis au Festival de la BD d’Angoulême (2010)

Le Festival de la BD d’Angoulême fut le cas de découvrir les nouveaux talents des grandes maisons d’éditions, mais aussi les talents d’éditeurs moins connues comme ManoloSanctis. Elle propose aux internautes la possibilité de visionner des BD, mangas, strips… et ce gratuitement en ligne ces ouvrages libres de droit sous licence Creative Commons (il est donc possible d’utiliser les planches pour illustrer son site ou son blog).

ManoloSanctis regroupe deux choses : une communauté de lecteurs/amateurs de BD et de l’édition. C’est une valeur ajoutée que n’ont pas Babelio et Shelfari.com car éditer les ouvrages que les membres aiment permet de les fidéliser encore plus en leur montrant l’importance de leur travail de découverte de nouveaux talents.

Mais alors comment marche ManoloSanctis, comment les dessinateurs sont-ils rémunérés ?

ManoloSanctis est d’abord une communauté composée de lecteurs et fans de BD qui vont chercher, noter, commenter les planches de BD déposées, ils vont constituer une sorte de comité de lecture qui va propulser les meilleures BD au devant de la scène. Les plus plebiscités seront sélectionnés pour être publiés sur papier. Ensuite les BD version papier sont vendus sur le site, mais toujours disponibles gratuitement en ligne.

Le point intéressant est que la maison d’édition « s’engage à mieux rémunérer ses auteurs que dans l’édition traditionnelle ». C’est de l’édition communautaire, collaborative visant à promouvoir et aider les auteurs de BD. Nice !

Quel est l’intérêt d’acheter un livre lorsque l’ouvrage est disponible sur le Web gratuitement ?

La version web gratuite va permettre aux étudiants en manque d’argent et qui ne peuvent s’offrir une BD de 32 pages à 6,5€ minimum de découvrir de nouveaux auteurs avec un confort de lecture le meilleur possible (la liseuse est simple d’utilisation, ergonomique et belle!). La version papier possède néanmoins des pages inédites, qui ne pourront être visibles qu’après l’achat et d’autres petits ajouts. Ce qui fait que les vrais fans achèteront les BD.

C’est un excellent moyen de fidéliser les fans et permettre à la communauté de découvrir gratuitement une BD comme chacun pourrait le faire en prêtant à un ami une BD. La BD papier en elle-même reste un vrai plaisir, un luxe de lecture, c’est la possibilité de toucher la couverture, de sentir le grain du papier et de l’encre, ce que seul le livre peut offrir.

La bibliothèque compte déjà 600 albums en ligne pour un peu moins de 300 auteurs, et une communauté de plus de 6000 membres. Pour un service qui n’existe que depuis quelque mois, les chiffres sont impressionnants. C’est une vrai innovation dans l’ère du temps dont il ne faudrait se priver, que l’on soit internautes en mal de lecture ou artiste cherchant un tremplin vers la reconnaissance.

Car oui, les auteurs publiés en ce moment par Manolosanctis étaient en dédicace à Angoulême cette année, une vraie reconnaissance pour les artistes et une consécration pour la maison d’édition.